Aujourd’hui, tout le monde se proclame DJ : il suffirait de posséder un ordinateur et un peu de matériel son et lumière pour pouvoir animer une soirée.

Mais il y a des signes qui ne trompent pas… Si vous reconnaissez votre DJ parmi les exemples ci-dessous, il est temps de vous adresser à de vrais professionnels.

1. Des rallonges et multiprises blanches

Egalement valable pour les rallonges de jardin oranges sur enrouleurs. Outre l’aspect esthétique discutable (le blanc n’étant pas vraiment discret), le matériel électrique à usage domestique ne répond pas aux mêmes normes que le matériel professionnel : section des câbles, résistance à la torsion, à la traction, au feu, à l’abrasion, etc. Et lorsqu’on voit ce qu’endurent les câbles enroulés, déroulés, lancés, piétinés, accrochés, on imagine aisément l’état de la rallonge Ikea après quelques prestations…

2. Un manque de culture musicale

Si votre DJ n’a pas une culture musicale suffisamment étendue, il va vite se retrouver perdu et faire des choix musicaux hasardeux. Même s’il est impossible d’être un expert dans tous les styles, une connaissance de base est absolument indispensable. Un jeune DJ sera peut-être très calé en EDM ou en rap, mais risque d’avoir plus de mal avec le disco, le funk, la new-wave ou le rock… N’hésitez donc pas à lui demander quelques exemples d’artistes qu’il pourrait jouer pendant votre soirée, ça vous donnera déjà une idée.

3. Le DJ star

Le « DJ star », c’est celui qui joue pour lui, sans tenir compte du public. Il sait mieux que vous ce que vous voulez. Il ignore systématiquement les demandes du public, d’ailleurs il est inaccessible derrière sa sono. Mais sa condescendance va rapidement frustrer les invités, ce qui risque fort de vider la piste de danse…

4. Une tenue vestimentaire inappropriée

Ce n’est pas parce qu’il passe la soirée derrière la sono qu’un DJ peut se permettre de venir en short-baskets à votre mariage. S’il est professionnel, il aura prévu de quoi se changer et  se rafraîchir après le montage de son matériel. C’est une question de respect élémentaire.

5. Des câbles qui traînent partout

Non seulement ce n’est pas esthétique, mais ça peut être dangereux s’ils sont au sol. Tout le câblage se doit d’être le plus discret possible (donc noir, pas blanc, rouge, jaune ou bleu…) Une installation soignée inclut forcément la dissimulation, la protection et le regroupement des câbles.

6. Du matériel amateur

Le matériel son et lumière professionnel coûte très cher. De nombreux DJ amateurs achètent donc du matériel bas de gamme (Ibiza, AliExpress, Wish…) Au mieux c’est de mauvaise qualité – sonore notamment – et au pire c’est dangereux ! Citons aussi le DJ qui utilise toujours ses vieux jeux de lumière en bois fabrication maison dans les années 80… Et ne parlons même pas des jouets comme les « enceintes » avec jeux de lumière intégrés 😉

7. Le DJ ne vous pose pas de questions avant l’événement

La moindre des choses, c’est de se renseigner en détail sur ce que vous souhaitez pour votre événement : la musique, le planning, vos demandes particulières au niveau déco, éclairage… Une visite des lieux est également fortement conseillée si le DJ ne connaît pas l’endroit de la prestation, ça lui permettra de faire du repérage technique. Il ne vous pose pas de questions, pense tout savoir ? Méfiance.

8. Un volume sonore inadapté

La musique trop fort pendant l’apéro ou le repas, des larsens pendant les discours, le DJ qui se lâche sur son morceau préféré au détriment des tympans des danseurs, le déclenchement du sonomètre de la salle (souvent avec coupure totale de l’électricité pendant quelques secondes)… Ca jette un froid. Le volume sonore doit être surveillé et adapté constamment au fur et à mesure de la soirée. Ca demande quelques notions de (psycho-)acoustique et une parfaite maîtrise de son matériel.

9. Un mauvais timing

Utiliser de la fumée pendant que les invités sont à table, des jeux de lumière pendant les discours, des stroboscopes à la moindre occasion… Si le DJ veut jouer avec son matériel, ne le maîtrise pas ou tente d’en mettre plein la vue, il devient gênant. Un professionnel utilise son matériel pour distiller les bons effets aux bons moments, ni plus, ni moins.

10. Le manque de finition

Pas de nappe sur la table du DJ, des flight cases et des sacs éparpillés près de la sono, des câbles et multiprises en pagaille, de la nourriture et des boissons à côté du matériel (en plus c’est dangereux)… Tout ça démontre un manque d’attention au détail et renvoie une image peu flatteuse. Et si votre DJ ne remarque pas ces détails, il y a fort à parier qu’il ne remarquera probablement pas d’autres “détails” plus importants…

Bonus

Le DJ bavard, collé à son micro toute la soirée. Je ne l’ai pas inclus parmi les autres exemples, car c’est un style d’animation à part entière. Mais il n’a pas sa place chez Delta Events 😉